Par Genny Ndayisenga

CANKUZO-Vendredi 14 Novembre 2014. La caravane climatique nationale menée par 350 BNCC se poursuit. Une occasion pour moi de jouer encore une fois de plus mon rôle d’activiste et…découvrir le pays. Eh oui !c’est la toute première fois que je mets les pieds à Cankuzo. Une petite cité, calme que j’aimerais revisiter malgré le froid qui y règne et qui m’a tenu éveillée une moitié de la nuit (bien que j’aie pris trois couvertures).Mais bon ! Revenons à notre fameuse caravane.

La phase 2 du projet Burundi Power Shift se fait à travers des descentes dans quelques provinces du Burundi où l’équipe 350BNCC anime des ateliers sur le changement climatique. Ces ateliers sont accompagnés de témoignages des participants sur les impacts déjà vécus ou observés dans leurs localités respectives et surtout l’engagement à l’action de la part de chaque participant. Après Bujumbura, Kirundo et Bubanza, Cankuzo était à l’honneur ce14 Novembre.

Tout au long de l’atelier, une jeune fille attire mon attention. Elle est non seulement la plus jeune mais aussi la seule fille parmi les participants. De plus, son calme m’intrigue. Je suis curieuse de la connaître davantage, d’entendre son histoire. A la fin de l’atelier, je m’approche et discute un petit moment avec elle. Et d’un coup, les mots de l’adage « il faut se méfier de l’eau qui dort» prennent un sens. De la jeune adolescente timide, je découvre en elle une activiste passionnée aux idées innovatrices.

Elle, c’est Peace Munezero, 18 ans. 
photo 1
Peace, jeune activiste de Cankuzo expliquant l’initiative de collecte des déchets dans les écoles.

« Tous les jours je voyais des feuilles volantes et des cartons dans la cour de l’école. Ça nous prenait du temps et de l’énergie pour les ramasser et garder l’école propre car éparpillés partout » raconte Peace.

En effet, le carton et le papier représentent une grande partie de déchets dans les écoles.

Mais Peace n’a plus à s’en faire pour ce désagrément. Responsable du réseau des clubs environnements de Cankuzo, elle a eu une idée brillante de collecter tous ces cartons pour en faire des poubelles. Une petite idée certes mais qui porte ses fruits et une contribution pour la cause pour laquelle se bat cette jeune élève : protéger l’environnement.

«Le but de cette initiative était de rendre le nettoyage de nos classes faciles et les garder propres. Ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai appris qu’en faisant cela je contribuais – à ma modeste manière – à la réduction des émissions de carbone» dit-elle.

Ces cartons, récupérés pour la plupart dans les bureaux de l’école ou apportés par les élèves ne sont plus brûlés mais servent désormais de poubelles.

Ils sont distribués dans toutes les salles de classe et disposés dans des endroits clés des cours de l’école. Mais tout ne s’arrête pas là. Peace et ses camarades du club profitent des séances des clubs pour entre autres sensibiliser leurs pairs à l’usage et l’entretien de ces poubelles tout en leur démontrant l’intérêt que ça relève pour un environnement sain.
photo 2
Un exemple de carton utilisé par Peace et ses camarades.

La jeune Peace ambitionne de répandre l’initiative dans toutes les autres écoles de sa localité et qui sait « peut être qu’un jour nous pourrons porter l’initiative dans toute la ville de Cankuzo et passer du carton aux vraies poubelles écologiques.» conclut-elle.

Bon courage Peace !