Nous sommes en train de vivre l’un des moments les plus passionnants en tant que mouvement, organisation et en tant que région du monde. Ayant à notre actif des années de mobilisation, d’organisation et de campagnes pour la justice climatique, nous sommes ravis de lancer déCOALonise.africa. Une campagne inspirée par un nombre croissant de communautés et d’organisations africaines qui résistent âprement aux infrastructures de l’industrie du charbon sur tout le continent.

Dans les années soixante, l’indépendance politique des nations africaines a généré espoir, enthousiasme et un sentiment de liberté pour beaucoup. Malheureusement, cette période a été suivie par des guerres, des dictatures, des souffrances et différentes formes d’oppression, une situation bien différente de ce qu’avaient imaginé tant d’Africains.

L’Afrique n’a pas encore réalisé tout son potentiel. Mais pas parce qu’elle est dépourvue de ressources naturelles, d’infrastructures ou de personnes de bonne volonté.  La croissance de l’Afrique est entravée par une mauvaise gouvernance et de mauvais choix qui l’ont menée à sa situation actuelle.

Ces mauvais choix sont faits par des responsables politiques à la solde de certaines multinationales et de quelques pays étrangers dont le seul intérêt est le profit. Cela a entrainé une situation de misère, d’instabilité sociale et politique et une pénurie constante d’énergie, laissant ainsi 6 Africains sur 10 sans accès à l’électricité. Les modèles énergétiques actuels, fondés sur les énergies fossiles et la biomasse traditionnelle, font croître les contraintes sociales, économiques et environnementales sur un continent déjà plus vulnérable au changement climatique.

Les entreprises étrangères et les institutions gouvernementales participent maintenant à une nouvelle ruée sur le continent africain, non plus pour le découpage des frontières, mais dans une lutte pour les contrats lucratifs visant à approvisionner le continent en énergie. Ces nouveaux «coalonisateurs» considèrent l’Afrique comme une décharge pour des technologies de production d’énergie anciennes et polluantes, principalement le charbon. C’est la nouvelle «coalonisation» de l’Afrique.

L’Afrique n’a pas besoin des combustibles fossiles pour répondre à sa demande croissante en énergie. L’Afrique a besoin d’actions sur deux niveaux: mettre fin à la prolifération des infrastructures destructrices des combustibles fossiles et accélérer le développement des énergies renouvelables qui transformeront l’existence de millions d’Africains.

C’est pourquoi nous lançons déCOALonise.africa pour mettre un terme au développement des infrastructures du charbon, à travers une organisation renforcée, une résistance locale et la solidarité internationale, pour nous concentrer sur une transition juste vers une énergie 100% renouvelable pour nos villages, nos villes et nos pays.

En commençant avec le Ghana et le Kenya où les populations rejettent les centrales à charbon programmées récemment,déCOALonise.africaincite diverses organisations, groupes et coalitions anti-charbon et pro-renouvelables à travers le continent à rejoindre cette plateforme qui rassemble et génère une vague d’énergie citoyenne et d’action dans toute la région.

Nous savons que des milliers de personnes s’inquiètent des dérèglements climatiques intenses et fréquents observés à travers le continent. Certains agissent déjà et d’autres sont prêts à passer à l’action au sein de leurs communautés, villes et provinces respectives si on leur fournit une plateforme et un soutien pour élaborer une stratégie et un plan d’action. C’est précisément laraison d’êtrede déCOALonise.africa, qui propose un éventail de services pour des actions concrètes: à travers des formations et des partages d’expériences, un soutien et une diffusion des campagnes existantes, la création de réseaux et d’un sentiment de solidarité, la plateforme offrira au public différentes formes d’engagement.

Le moment de déCOALonise.africa et passer à une énergie propre et renouvelable, c’est MAINTENANT.