Par Lovemore Khomo

Le développement de l’énergie propre est l’un des défis les plus difficiles auxquels le monde est confronté, notamment dans les pays développés où la priorité va à la protection de l’emploi et de l’économie. Les scientifiques environnementaux et l’UNESCO s’accordent pourtant à dire que l’avenir se trouve dans l’énergie propre. Une énergie tirée de sources naturelles et non naturelles sans risques pour la santé des personnes ou pour l’environnement.

Des activistes malawites se sont donnés pour mission de militer en faveur de l’introduction massive de l’énergie propre dans leur pays afin de garantir la durabilité environnementale. Dans le même temps, l’association Renew’N’Able Malawi a organisé une formation à l’intention des militants en faveur de l’énergie propre, qui devrait servir d’exemple dans tout le pays.

Durant la réunion, les activistes ont rappelé que le Malawi était confronté à un problème de précarité énergétique, d’où la nécessité de prendre des mesures et de militer en faveur des sources d’énergie renouvelable. L’accès insuffisant à une énergie durable pour satisfaire les besoins fondamentaux est un problème fréquemment rencontré par les pays en développement.

Le Malawi est l’un des pays les plus pauvres au monde. 70% de ses habitants vivent en dessous du seuil international de pauvreté et en milieux ruraux sans aucune source durable d’électricité.

Le consultant responsable de la campagne «Mphamvu Now» (ou «Energy Now» en anglais), Kenneth Mtago, de l’association Renew’N’Able Malawi, confirme que le besoin en énergie durable est réel. «Cette formation a été organisée dans le but de promouvoir l’énergie durable», explique-il. «On espère qu’elle suscitera un intérêt accru pour la question de l’accès à l’énergie propre».

Il souligne que le monde entier devrait adopter le concept d’énergie propre, car il s’agit d’un préalable indispensable à la création d’un avenir meilleur. «Au Malawi, la déforestation est aggravée du fait de la pression exercée par les 95% de foyers qui dépendent de la biomasse pour cuisiner, faute d’alternative.»

Cette affirmation est clairement corroborée par le fait qu’avec 2,8% par an, le taux de déforestation au Malawi est l’un des plus élevés au monde. L’accès à l’énergie durable est une priorité mondiale. Plus de 100 pays ont d’ailleurs signé l’initiative onusienne «Énergie durable pour tous» (SE4ALL), dont l’objectif est de garantir l’accès à une énergie durable pour tous d’ici 2030.

Dans le programme de développement du Malawi, appelé «Stratégie de croissance et de développement du Malawi» (MGDS), l’accès à une énergie durable figure à la deuxième place des objectifs les plus importants à atteindre d’ici 2023. Lorsque la stratégie a été ratifiée en 2007, l’objectif énergétique ne se trouvait qu’en onzième position.

Il convient de militer plus efficacement en faveur de l’énergie durable en se concentrant sur une question spécifique à la fois. L’objectif est de toucher les décideurs politiques, car c’est entre leurs mains que tout repose et il est important que leurs décisions soient éclairées.

Il est donc primordial que les activistes qui militent pour l’énergie durable sachent de quoi ils parlent et soient convaincus de ce qu’ils défendent. En fait, l’énergie durable pourrait être installée partout dans le monde, car elle ne coûte presque rien, est facile à produire et à distribuer.

Par ailleurs, en militant pour l’énergie verte, nous contribuons également à protéger notre environnement contre la pollution. La préservation de notre environnement est l’un des objectifs fondamentaux dans le monde et devrait être réalisable d’ici quelques années.  L’énergie renouvelable doit être mise à la disposition des générations futures.