Pour publication immédiate

Le 8 août

Plus qu’un mois avant notre vaste mobilisation internationale pour le climat

Face à l’accroissement des effets liés aux dérèglements climatiques, des citoyen.ne.s du monde entier vont prendre part à la mobilisation « Dans nos rues pour le climat » pour promouvoir un véritable leadership climatique, dans le cadre de centaines d’actions créatives organisées en amont du Sommet mondial sur l’action pour le climat.

MONDE – Le 8 septembre, des citoyen.ne.s des quatre coins de la planète vont participer à plus de 500 actions sous la bannière « Dans nos rues pour le climat » , afin de mettre en lumière les effets de plus en plus marqués des dérèglements climatiques. Certaines d’entre elles proposeront des solutions collectives pour résoudre la crise climatique et exigeront que les pouvoirs publics et les responsables locaux.ales accentuent leur engagement climatique en amont du Sommet mondial sur l’action pour le climat, qui aura lieu le 12 septembre à San Francisco en Californie. Des dizaines de milliers de militant.e.s défileront dans les rues de la ville, au cours de la plus grande marche pour le climat jamais organisée sur la côte ouest des États-Unis – tandis que des centaines d’autres actions cibleront des États où les élections de mi-mandat du mois de novembre suivant seront particulièrement déterminantes, afin d’exiger que les combustibles fossiles restent sous terre.

Les populations les plus touchées par l’industrie des énergies fossiles et les dérèglements climatiques prendront part à la mobilisation : en Afrique auront lieu des sommets sur le climat au cours desquels les chef.fes autochtones/ dirigeant.e.s locaux.les appellerons à l’accélération d’une transition juste vers un système d’énergie équitable; les pays des îles du Pacifique feront signer des pétitions pour exiger que les institutions locales s’engagent en faveur d’une énergie 100 % renouvelable ; les communautés touchées de Thaïlande manifesteront en marge de la conférence de l’ONU sur le changement climatique à Bangkok, afin que les négociateur.trice.s de l’événement prennent conscience du message de la campagne « Dans nos rues pour le climat » tout autour du monde ; des sommets climatiques seront organisés pour encourager les pouvoirs publics locaux à accélérer la transition vers des systèmes énergétiques justes et équitables en Afrique ; en Amérique latine, des groupes de citoyen.ne.s vont s’opposer aux méthodes dangereuses d’extraction des combustibles fossiles, comme la fracturation ; et des communautés européennes, y compris celles qui sont déjà confrontées aux effets du dérèglement climatique, vont mettre au défi leurs dirigeant.e.s locaux.ales d’abandonner les combustibles fossiles et d’accélérer la transition rapide et juste vers une énergie 100 % renouvelable.

Depuis le début de l’année nous avons été témoin d’une variété d’impacts graves liés au changement climatique : plusieurs inondations au Kenya, en Côte d’Ivoire et au Soudan et en Afrique sub-saharienne, le Cap est devenu la première grande ville du monde à souffrir et à se remettre de l’extrême sécheresse qui mettrait fin à ses réserves en eau en 2019.

Avec 19 pays du continent Africain se rendant aux urnes dans les mois qui viennent, y compris l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Ghana et le Bénin, « Dans nos rues pour le climat » montrera la voie à suivre avant une série d’événements politiques, en encourageant les décideur.euse.s, en route pour plusieurs sommets importants, à prendre conscience de la réalité de la crise climatique, et à accentuer leur action pour la combattre. La réalité de la crise climatique devrait agir comme la pression qui exige des actions pour lutter contre.

La publication du rapport spécial du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur les conséquences d’un réchauffement climatique supérieur à 1,5 °C devrait inciter fortement les pouvoirs publics à prévenir les effets les plus dévastateurs des dérèglements climatiques. Le Climate Vulnerable Forum, qui est organisé par les gouvernements des pays exposés aux conséquences les plus graves d’un réchauffement climatique incontrôlé, offre quant à lui l’occasion de s’informer sur l’engagement des communautés en première ligne. Lors du Sommet mondial sur l’action pour le climat réunissant des intervenant.e.s non gouvernementaux.ales et des négociations de l’ONU sur le climat rassemblant les gouvernements des pays concernés, les décideur.euse.s à tous les échelons ne manqueront pas d’occasions de prendre des engagements plus approfondis et d’accélérer leurs actions.  

Les actions de la mobilisation « Dans nos rues pour le climat » seront extrêmement visuelles, créatives et originales, grâce au soutien d’artistes reconnus au Brésil, au Canada, aux Samoa, en Nouvelle-Zélande, au Portugal, aux Pays-Bas, en Ouganda et en Indonésie. Des groupes de citoyen.ne.s des quatre coins du globe œuvrent en faveur de la création de passerelles culturelles, linguistiques et géographiques et de principes fédérateurs afin de lancer un mouvement d’ampleur en faveur du climat, d’accroître la pression exercée sur les pouvoirs publics qui ne respectent pas leurs engagements et de créer un véritable élan en faveur d’une transition rapide et juste vers un monde sans inégalités.

NOTES AUX RÉDACTIONS :

Site Web : fr.riseforclimate.org

Pour plus d’informations sur les contenus artistiques de la mobilisation, voir ici.

PERSONNES À CONTACTER

Lerato Ngakane, 350Africa.org, Lerato.ngakane@350.org, +27 81 464 9726

Hoda Baraka, 350.org, hoda@350.org, +2-01001-840990

Brett Nadrich, GreenFaith, brett@greenfaith.org, +1-732-588-6162

David Turnbull, Oil Change International, david@priceofoil.org, +1-202-316-3499

 

###