Plusieurs dizaines de participants se sont rassemblés ce samedi à Rufisque pour échanger sur le récent rapport du GIEC centre sur les impacts d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C qui a suscité une vague de mobilisation planétaire de la part des communautés, associations des défenseurs de l’environnement déterminés plus que jamais à stopper le projet de centrale à charbon de Bargny.

 

Plusieurs collectivités locales avaient répondu présents à ce rendez-vous. Mentionnons ici la participation des communautés à la base, des élus locaux, les associations des femmes transformatrices de poisson, les jeunes, les notables. Elles ont tenu à rappeler aux autorités présentes, en l’occurrence le préfet du département de Rufisque et le haut conseil des collectivités territoriales, que Bargny est déjà victime de la hausse rapide du niveau de la mer et du risque de tempêtes imprévisibles et des conséquences fâcheuses consécutives à l’installation de la cimenterie de la SOCOCIM en 1948.  Des centaines de maisons de pêcheurs ont déjà été détruites par l’élévation continue du niveau de la mer.  Cette hausse, qui est devenue une menace majeure, atteint plus de deux millimètres par an, ce qui contraint des centaines d’habitant.e.s à s’entasser dans des quartiers adjacents. Ces collectives locales, a la tête desquelles l’ONG Action Solidaire Internationale (ASI), ont réaffirmé leur opposition à la construction de la centrale à charbon de Bargny qui ne fera qu’exacerber une situation déjà précaire et les souffrances des populations locales. Si la hausse de la température de la planète dépasse de plus de 1,5 ºC les niveaux préindustriels, il sera impossible d’enrayer l’élévation du niveau de la mer.

 

A ce stade du discours, l’un des participants a lancé le slogan « Y’en a marre » qui fut repris dans toute la salle pour signifier leur désapprobation au projet de centrale à charbon.

Prenant la parole à son tour, Fadel Wade au nom du collectif de Bargny a rappelé au public les dangers de la centrale à charbon et les potentielles conséquences sur la santé et l’environnement. Il a poursuivi en réaffirmant la détermination des acteurs et leur engagement pour faire bloc afin de barrer la route aux promoteurs de la centrale de Bargny.

 

Plusieurs affiches comportant des messages de protestation contre la centrale à charbon de Bargny ont été distribué dans les villes de Bargny et Rufisque et le rapport du peuple : objectif 1,5°C a été imprimé et remis officiellement au préfet du département de Rufisque, aux deux (2) Présidents du Conseil Départemental et le Conseil Économique Social et Environnemental de Bargny.

 

Pour conclure, le représentant d’ASI a rappelé les nombreuses initiatives dans lesquelles le Sénégal s’est engagé qui visent la réduction des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et le développement des énergies renouvelables. Il a invité les autorités à s’engager résolument sur la voie du développement des énergies 100% renouvelables pour garantir aux générations futures un avenir sûr.